Escape Boxes : enquêtes à domicile

Que sont les « escape boxes » ?

Les escapes games sont apparus en France en 2013 et 2014 (avec notamment l’enseigne Hint Hunt à Paris), pour vraiment exploser en 2016 et 2017, les devantures poussant comme des champignons dans les grandes villes. En écho à cette invasion fulgurante, les jeux de société se sont emparés du phénomène ludique pour développer des versions jouables à domicile. Celles-ci recouvrent des jeux assez différents les uns des autres, mais pour plus de facilité nous les regroupons sous l’appellation « escape boxes ». En voici la typologie et les principaux représentants.

Les jeux avec maître de jeu et fouille

Directement calqués sur les escape games grandeur nature, ces jeux requièrent qu’un participant assure le rôle de « maître de jeu ». C’est ce dernier qui doit, en amont, prendre connaissance des règles et préparer le matériel, à l’instar de l’organisation d’une murder party. La plupart du temps, il devra cacher un certain nombre d’éléments (généralement des enveloppes contenant énigmes et/ou indices) dans la ou les pièces où se déroulera l’aventure. En France, il y a deux principaux éditeurs indépendants qui sont aussi agents d’événementiel : Escape Kit et Happy Kits. Ils possèdent tous les deux une gamme pour enfants, avec un concept est parfaitement adapté à des manifestations ludiques grand public de type EVG/EVJF ou anniversaires… Surfant sur la vague, les éditions Larousse ont lancé une gamme Soirée Escape (lire notre critique) Revers de la médaille, les gamers trouveront la plupart de ces scénarios un peu trop convenus pour leurs goûts. C’est pour palier ce manque que les éditions 404, spécialisées dans les univers geek, ont lancé une gamme intitulée… Escape Box (voir notre critique du scénario « Zombie »), aujourd’hui étoffée d’une petite dizaine de scénarios, mais qui peine à nous convaincre totalement.

Escape-Box-Zombie-404-editions
Escape Book : Zombie / éditions 404

Escape Kit, entre 35 et 40 €.
Happy Kits, 20 €.
Escape Box (éditions 404), 15 €.

Les jeux de société à base de cartes & documents

4 grandes séries ont vu le jour depuis 2017 : « Unlock », « Exit », « Escape The Room » et « Deckscape ».

scunlock01fr_box3d_web_270618

Unlock

Editée par Space Cowboys et diffusé par Asmodée, créé par Alice Carroll, Thomas Cauet et Cyril Demaegd, c’est la série plus populaire, avec une quinzaine d’épisodes et un marketing désormais incontournable. La durée est constante : 60 minutes, et le concept simple mais malin : un système de cartes, combinée entre elles, permet d’évoluer d’énigme en énigme. Le jeu s’appuie sur une application mobile, qui permet de gérer le chronomètre, la saisie de certaines réponses, et contient même une musique d’ambiance. Si elle peut théoriquement aller jusqu’à 6 joueurs, au-delà de 3 la partie peut s’avérer un peu bordélique.
Unlock (Space Cowboys/Asmodée), 15 €.

exit-le-tresor-engloutiExit

D’origine allemande (conçu par Inka et Markus Brand), importé en France par Iello, « Exit » comporte une dizaine de scénarios de 60 minutes (voir notre critique). Contrairement à « Unlock », le jeu ne comporte pas seulement des cartes, mais aussi un livret et plusieurs documents qu’il faudra manipuler pour résoudre les énigmes. Et quand on dit manipuler, il s’agira souvent de couper ou plier sauvagement, empêchant toute réutilisation du jeu, qui finira à la poubelle après avoir servir une seule fois. Gros point fort de la série : une « roue » en carton fort bien conçue permettant de gérer le système de résolution des énigmes par un principe d’alignements de symboles. Certains scénarios sont un peu tordus, mais le système d’indices est plutôt bien conçu.
Exit (Iello), 15 €.

61WUIi7ZrVLEscape The Room

Edité par Ravensburger, traduit en français par ThinkFun, la gamme ne contient que 2 épisodes, mais qui se présentent sous la forme d’imposants coffrets contenant plusieurs enveloppes imbriquées dans les autres, ainsi qu’une roue de solutions semblable à celle d' »Exit ». Il faut compter plutôt 90 à 120 minutes pour résoudre chaque enquête, qui repose sur un storytelling un peu plus poussé et crédible que les vagues éléments narratifs des scénarios de « Unlock » ou « Exit ».
Escape The Room (ThinkFun), 22 €.

deckscape-a-l-epreuve-du-tempsDeckscape

Le dernier-né vient d’Italie, et est importé en France par Super Meeple. C’est aussi le plus minimaliste d’entre tous, puisque chaque scénario se contente d’un deck de cartes peu épais et d’un parcours assez linéaire. Ce n’est pas franchement le plus original ni le plus palpitant de tous les « escape boxes », mais il a le mérite de tenir dans la poche.
Deckscape (Super Meeple), 12 €.

Les jeux d’enquête avec de vrais objets

Nettement plus réalistes et immersifs que les catégories précédentes, il s’agit assurément de la famille d’escape boxes les plus intenses et les plus proches des live escapes games. C’est à cette catégorie qu’appartient notre propre jeu « Apocalypse: Signe de Croix » (financé sur Kickstarter en juin 2018), ainsi que notre gamme « Pocket Investigations », que nous ne pouvons que vous inviter à découvrir 😉

ERIAB_CDAImage_v4_tcm1019-152513
Escape Room In A Box: The Werewolf Experiment

Historiquement, le jeu « Escape Room in A Box: The Werewolf Experiment« , financé sur Kickstarter au début de l’année 2016 puis réédité par Mattel (lire notre critique) est le premier à exploiter la dimension pseudo-réaliste de ces jeux, incluant plusieurs objets assemblés à la main, des cadenas, et une sensation ludique vraiment fraîche, qui aura su convaincre la communauté des joueurs et des testeurs.

« Distraction » de la gamme Mirage Investigations, créé par la Québecoise Christine Morency (lire notre interview), et lancé lui aussi sur Kickstarter en février 2017, va encore plus loin dans l’aspect artisanale du jeu, avec un carton au look un peu cheap mais totalement immersif. Son originalité : un jeu dit « généreux », dont une partie des bénéfices est destiné à des causes humanitaires. La production des boîtes est en pause depuis un an et ne reprendra, selon l’éditeur, qu’au printemps 2019.

Apocalypse: Signe de Croix et Pocket Investigations (éditions Argyx Games), de 15 à 45 €.
The Werewolf Experiment
(édition Mattel), environ 25 €.
Mirage Investigations, environ 27 €. 

Jeux sur abonnements

actual-subscription-box
Hunt A Killer

Certains éditeurs ont compris qu’il était possible de croiser sensations ludiques et concept feuilletonnant. Le plus célèbre d’entre eux est américain, et annonce avoir plus de 30 000 abonnés à travers le monde : « Hunt A Killer » (lire notre critique) s’est imposé comme le leader des jeux d’enquête pour lesquels les abonnés reçoivent régulièrement (ici chaque mois) un épisode par la poste, avec possibilité d’acheter d’un coup 2 scénarios complets dits « premium ». Même principe pour « Dispatch » de Breakout, le second du marché, qui possède 3 scénarios de 2 à 8 épisodes commandables en entier ou partiellement. Plus artisanal, Escape The Crate propose un scénario one shot tous les 2 mois, aux qualités inégales si l’on en juge les critiques (nous n’avons pas pu encore en tester pour juger par nous-mêmes).

Hunt A Killer, environ 25 € par épisode. 150 à 200 € pour un scénario premium.
Dispatch, environ 20 € par épisode.
Escape The Crate, environ 25 € par scénario. 

Enfin, on pourra évoquer les livres-enquêtes, qui ont littéralement explosé en 2018, parfois étiquetés « escape » comme la collection Escape Books des éditions 404 (12 €), ou encore Escape Game chez Mango (9 €), pour ne citer qu’eux, tant leur variété s’est démultipliée en moins d’un an. Egalement, on retiendra quelques-unes des initiatives les plus récentes en matière de  » boîtes à énigmes » originales, flirtant avec le concept d’escape box, et dont The Enigma Box (voir notre critique en anglais) est sans doute la plus ambitieuse, et The Enigma Emporium la plus attachante.