« Deathtrap Dungeon », le livre dont vous êtes le héros en vidéo

Sorti en 2020, « Deathtrap Dungeon » est une aventure vidéo interactive basée sur le principe des livres dont vous êtes le héros de notre enfance. La différence ? C’est un comédien, l’excellent Eddie Marsan, fait la narration. Un concept novateur qui, s’il n’est pas sans défauts, saura réveiller en nous la fibre rôlistique.

Les jeux en FMV (full motion video) sont la promesse d’expériences encore plus immersives. On l’avait ainsi vécu dans le cadre des jeux d’enquête avec l’excellent Contradiction, sorti en 2015. Le studio Branching Narrative s’attaque revisite le traditionnel « adventure book » avec un scénario adapté du livre best seller de Ian Livingstone : jouant jusqu’à la lie le cliché des donjons méd fan à explorer et looter, « Deathtrap Dungeon » a misé sur une interface sobre, avec le minimum syndical d’options de personnalisation (en gros, 3 caractéristiques, des pièces d’or et un sac pour ranger ses trouvailles) et des combats simplifiés, exactement comme pourrait le faire son équivalent papier. Dès l’introduction, on comprend la valeur ajoutée immense du narrateur qui, face caméra, raconte l’histoire tout en nous soumettant au fur et à mesure l’arborescence de choix. Eddie Marsan est l’archétype du MJ génial qui n’en fait ni trop, ni pas assez, dosant ses intonations avec subtilité. Ses propos sont, à certains moments clés de l’histoire, renforcés par d’inspirantes illustrations permettant de mieux visualiser la scène (en général, des monstres dégoulinants de bave).

L’ensemble s’appuie sur de très bonnes décisions de gameplay, comme la possibilité de revenir avant son dernier choix, ou encore la visualisation sur une carte de sa progression. Mais il souffre également de quelques désagréables défauts, ainsi l’impossibilité de revenir plus loin en arrière, forçant à finir le donjon pour revenir sur les fourches narratives non explorées (bon, pourquoi pas), mais surtout le revers de la médaille de sa simplicité : comme une impression que, avec un peu plus d’options et d’interactions entre objets, PNJ et saynètes, il aurait été possible de densifier l’expérience en y apportant un peu plus de flexibilité et de profondeur. En l’état, il faudra s’armer de patience pour opérer tous les re-runs nécessaires à la quête finale… : mais c’est bien là le plaisir pervers des livres dont vous êtes le héros ! Malgré quelques réserves, donc, « Deathtrap Dungeon » reste une aventure assez exceptionnelle, à tester au coin du feu pendant une longue soirée d’hiver.

3.9 out of 5 stars (3,9 / 5)

« Deathtrap Dungeon », Branching Narrative
Sur PC et Mac.